Le chapitre Saint-Denis d'Alix
Les chanoinesses-comtesses

En 1723 arrive une nouvelle prieure, Louise de Musy de Véronin. Venant de l'Abbaye Royale de Saint Andoche d'Autun, elle bénéficie de la bienveillance du roi Louis XV.

Sous son administration, le prieuré d’Alix connaît une notoriété nationale et en quelques années voit ses effectifs décupler.

 

Le conflit émaillant les relations entre Alix et l'Abbaye de Savigny s’amplifie dans la 1ère moitié du XVIIIe siècle avec la reconnaissance royale dont bénéficie Louise de Musy de Véronin, et sur la requête de celle-ci, par décret épiscopal confirmé par lettres patentes royales, l’office de prieur est supprimé en 1744.

Cet événement marque le début de la transformation du couvent de Bénédictines en chapitre de Chanoinesses. Affranchies de l’autorité de l’Abbaye de Savigny, elles rédigent de nouveaux statuts en 1748, et en 1753 obtiennent de Louis XV le statut de Chapitre Noble, puis le titre de Comtesses et la médaille en or distinctive du chapitre.

Les familles nobles sont alors nombreuses à solliciter une place pour leurs filles. Le périmètre d'influence s'étend à tout le sud-est de la France, puis jusqu'à Paris.

 

Le Chapitre Saint-Denis est composé de trois classes de chanoinesses :

La première comprend les professes : l’Abbesse, la Sacristine et les prébendières.

La seconde est formée de celles qui n’ont pas encore émis de vœux, mais qui ont été adoptées sous le titre de « nièces », par une des chanoinesses de la première classe. Elles payent à celle-ci une pension et ont acquit le droit de cohabitation et de succession dans la maison de leur tante adoptive.

La troisième comprend celles qui ont été seulement admises dans le chapitre, et en attente de leur « adoption ».

Les nouveaux statuts exigent la preuve littérale de 8 degrés de noblesse paternelle aux jeunes postulantes. Vivant désormais sans clôture, dans de grandes maisons individuelles, les chanoinesses ne font plus vœu de pauvreté et conservent la propriété de leurs biens. Les novices gardent la possibilité de quitter le chapitre avant leurs 25 ans, de retourner à la vie civile et de se marier.

 

En 1768 Louis XV accorde son aide financière à la construction d’une nouvelle église.  Cet édifice remarquable, avec ses peintures en trompe-l’œil, sa rotonde et ses stalles en bois, est aujourd’hui classé aux Monuments Historiques.

 

Profitant du déclin de l’abbaye de Savigny, les trois chapitres de chanoinesses d’Alix, Leigneux et l’Argentière vont entreprendre une action afin d’obtenir la suppression de l’Abbaye et le partage de ses biens par tiers, argumentant sur la vieillesse, les infirmités et l’incapacité des religieux à remplir leurs fonctions. Le roi le leur accorde en 1779 et le 10 juillet 1780 une bulle pontificale supprime l’Abbaye de Savigny. Les prieures des 3 chapitres prennent le titre d’abbesse.

 

La Révolution entraine la dissolution des chapitres. Quelques chanoinesses restent à Alix où elles finissent leurs jours dans leurs maisons. Les plus jeunes retournent dans leurs familles.